Netlinking : Buzzea officiellement dans le collimateur de Google

Polynet > Référencement > Netlinking : Buzzea officiellement dans le collimateur de Google

Pas un jour ne se passe sans que Google communique à propos de ses fameuses guidelines. La plupart du temps par l'intermédiaire de Matt Cutts, chef emblématique de l'équipe chargée de lutter contre le webspam au sein de la firme de Moutain View, les annonces ainsi diffusées ont pour vocation de sensibiliser les référenceurs sur ce qu'il faut ou au contraire ne pas faire. Aujourd'hui, c'est via le réseau social Twitter que Matt Cutts s'est adressé à eux afin de les avertir que Buzzea, agence proposant notamment des solutions de monétisation de blog, allait faire l'objet d'actions ciblées parce qu'elle enfreint ces guidelines.

Le Tweet de Matt Cutts à propos de Buzzea

Google intensifie sa lutte contre les réseaux de liens !

Après les nombreux changements apportés à son algorithme en 2013, Google n’entend donc pas s’arrêter sur sa lancée en 2014 et continue sa politique d’épuration en s’en prenant à un nouveau réseau de liens : Buzzea. Pour celles et ceux qui n’ont jamais entendu parler de Buzzea, sachez qu’il s’agit d’une plateforme populaire auprès des bloggueurs français qui leur permet de monétiser leur audience (officiellement) en vendant des articles sponsorisés à des annonceurs de plus ou moins grande envergure. Cependant, comme la majorité des autres plateformes de ce genre, c’est davantage les liens qui sont ici vendus, dans une optique évident de gain de popularité.

Conformément à ce que je précise précédemment, Buzzea n’est en aucun cas le premier réseau à faire les frais de son business modèle allant à l’encontre de l’éthique de Google. En décembre 2013, Anglo Rank a subi une pénalité pour les mêmes raisons, à l’instar de Text Link Ads ou encore Ghost Rank avant lui. Le fait que Matt Cutts et son équipe s’en prenne au marché français, sans doute l’un des plus actifs en terme de pratiques abusives de netlinking, n’était qu’une question de temps ! Reste maintenant à savoir comment les actions entreprises pour faire passer le message à Buzzea vont se concrétiser ? Quoi qu’il en soit, il est évident que les jours de ce dernier sont à présent comptés…

Si Google procède tel qu’il a l’habitude de le faire, les webmasters ayant acheté des liens via Buzzea devraient selon toute logique être informés des intentions du moteur par le biais des Webmaster Tools. Par ailleurs, ont peut aussi et surtout s’attendre à ce que la plateforme paie le prix fort, à savoir une désindexation totale de son site et donc des pages servant à promouvoir ses différents services, dont celui pour acheter des liens.

Mise à jour du 30/01/2014

Et maintenant ?

Depuis Dublin, l’agence sous la menace d’une sanction n’a pas tardé à réagir. Sous la forme d’un communiqué pour le moins fataliste, Buzzea a officialisé la fin de ses activités, tout en défendant sa bonne foi. Dans celui-ci, elle explique que si elle avait certes pour vocation de servir les intérêts d’annonceurs en leur proposant de payer des blogueurs, c’était surtout pour « améliorer leur image et leur crédibilité ». Attristée d’avoir à en arriver là et soucieuse de préserver l’intégrité de ses utilisateurs, elle a profité de ce communiqué pour indiquer aux blogueurs ce qui reste sans doute la meilleure chose à faire dans ce contexte friable : laisser en ligne les articles sponsorisés ET ajouter l’attribut rel=”nofollow” à leurs liens, à l’exception des articles pour lesquels la campagne est terminée – dans ce cas, toute trace de Buzzea peut et doit être effacée. Il est en effet recommandé de ne pas supprimer ceux qui sont toujours effectifs car il y a un contrat qui régit leur temps minimal d’affichage. Avouez qu’il serait dommage de rencontrer un litige avec Buzzea en plus d’un risque de pénalité !

Le communiqué publié dans le cadre du #Buzzeaday

Le communiqué publié dans le cadre du #Buzzeaday

Dans cette histoire, Buzzea n’est bien évidemment pas de tout reproche. Au contraire.

On est en droit de regretter tout d’abord le fait que l’agence, puisqu’il s’agit bien d’une agence, ait abandonné si tôt la partie. Quelques heures seulement après le fameux Tweet de Matt Cutts, la décision de mettre un terme à toutes ses activités était prise. Insistons bien sur le « toutes » parce qu’elle n’en avait pas qu’une. Elle proposait entre autre des services de monétisation d’audience complémentaires sur lesquels elle aurait pu se recentrer, ou du moins essayer. Cela aurait permis à son équipe de collaborateurs d’entrevoir un avenir plus clair. On peut également lui reprocher de ne pas avoir fait preuve d’assez de vigilance, d’autant qu’elle a vu d’autres réseaux d’achat de liens sombrer avant elle ! En supprimant la spécification obligatoire de la mention « Article sponsorisé » imposée aux blogueurs et en obligeant les annonceurs à plus de transparence, Buzzea aurait sûrement connu un meilleur sort. Affaire à suivre…

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
Bannière Webijob
A propos Benjamin (508 Articles)
Fondateur de Polynet, je suis Trafic Manager - Responsable SEO dans une agence web à Lille spécialisée dans la conception de sites marchands et l'acquisition de trafic. Passionné par le web marketing et le e-commerce, j'aspire depuis 2010 à vous faire partager à la fois le fruit de ma veille et ma réflexion sur certains sujets liés à ces différentes thématiques.

2 Commentaires le Netlinking : Buzzea officiellement dans le collimateur de Google

  1. Bonjour Benjamin,

    mais il reste plus rien à desindexer de buzzea. À part la Page d’accueil “humoristique” et le communique de presse peut être. Les autres Pages ne sont plus accessibles …d’ailleurs, comme je suis un référenceur allemand francophile, d’où ton constat que le marché français était l’un des plus actifs dans le métier de netlinking. Quels d’autres Platformes de Type buzzea on connait? Merci bcp d’avance ! Martin

  2. Google est de plus en plus notre ennemi lorsque les internautes commenceront à le comprendre il sera trop tard…. Google ne sera bientôt plus qu’un moteur de publicité…

    Tout est fait pour tuer le SEO et prôner le SEM, merci qui, merci google !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*