De la complémentarité du SEO et du SMO : le vrai faux débat

Polynet > Référencement > De la complémentarité du SEO et du SMO : le vrai faux débat

La première réaction que le titre de cet article vous a sans doute suscité est très certainement la lassitude. Et oui, si vous avez l'habitude de consulter les (bons) blogs spécialisés en référencement, vous en avez sans doute "ras la casquette" de tomber encore sur des billets proclamant haut et fort que SEO et SMO sont deux pratiques complémentaires et non pas indépendantes. Mais si nous continuons de défendre corps et âme cette prise de position, c'est parce qu'il continue de pleuvoir sur la Toile des publications dénuées de sens prônant l'inverse. Des publications ventant à outrance les bienfaits des réseaux sociaux en matière de référencement à tel point qu'ils seraient selon elles en passe de remplacer les techniques habituelles utilisées pour ranker. Ce qui à l'heure actuelle n'est bien évidemment pas le cas !

Sans pour autant fustiger leurs auteurs, car il y a tout de même une (infime) part de vrai dans leurs propos, j'ai jugé utile de faire un point sur la relation étroite qui existe bel et bien entre le SEO et le SMO. Je reviendrai pour cela sur les différents critères qui permettent à ce jour d'obtenir des résultats intéressants au sein desquels figurent à juste titre les réseaux sociaux, mais aussi et surtout le contenu et les liens.

Un pour tous et tous pour un !

Ne pas paraphraser ce qu’ont déjà écrit à ce sujet des référenceurs confirmés comme Sylvain relève du défi. Pour autant, compte tenu de ce qui peut être lu un peu partout sur la Toile, il convient de le relever ! Sans transition, rappelons donc qu’avant même que l’utilité des réseaux sociaux dans une stratégie de référencement ne soit avérée, le SEO s’apparentait déjà à un ensemble de pratiques efficaces que si utilisées en complémentarité les unes des autres. Outre les traditionnelles balises METAs, l’optimisation d’un site pour les moteurs de recherche a longtemps passé par le netlinking et le développement de feu le PageRank, indice de popularité depuis tombé aux oubliettes. Mais ça, c’était avant. Avant que Google n’y aille de son Penguin et n’achève de convaincre les plus téméraires de miser sur d’autres facteurs.

Contenu + liens + partage : le trio magique du SEO

A commencer par tout ce qui touche à l’expérience utilisateur et au contenu, sans doute le plus important. S’il a toujours joué un rôle crucial, le fait que Google lui adresse ses lettres de noblesse par l’intermédiaire de la mise à jour Panda l’a replacé au centre de toutes les attentions. La diffusion régulière de texte unique et de qualité influe ainsi depuis plus d’un an l’évolution des sites dans les SERPs. La rédaction web ayant pris une ampleur considérable, les référenceurs disposent désormais de moyens divers et variés pour profiter comme il se doit de la génération de contenus. Du contenu, mais pas que ! Il leur est effectivement possible de faire d’une pierre deux coups en prenant soin d’y placer des liens qui, malgré Penguin, contribuent toujours grandement à se rapprocher des premières positions.

Et ce n’est pas tout. L’infographie ci-dessous réalisée par l’agence américaine Brafton montre que c’est ce même contenu qui pousse les utilisateurs à partager le fruit de leurs visites sur les réseaux sociaux

[Infographie] L'importance du contenu en référencement

Un métier à part entière !

Maintenant que nous avons prouvé que tout référenceur qui se respecte devait s’en remettre à la totalité des éléments composants ce “trio magique” (et non pas un seul), il reste à rappeler que le référencement est un métier à part entière, au même titre que le community management, et qu’il le sera encore demain quoi qu’il arrive. Difficile en effet pour une personne lambda de réaliser un audit interne, de définir une stratégie d’optimisation, de mener les étapes nécessaires à cette optimisation, ou d’expliquer au client pourquoi son site a malheureusement régressé. Le SEO requiert des compétences à la fois techniques, marketing et relationnelles indispensables pour être correctement exercé. Des compétences propres au référenceur qui ont été hiérarchisées dans la pyramide ci-dessous où le “social” a clairement sa place…

Le CM est au référenceur ce que l’aide-soignant est au chirurgien ! (@Mar1e)

Pyramide SEO

Cette illustration réalisée par SEOmoz et traduite par Frédéric Ravetier fait parfaitement allusion à cette fameuse casquette sociale qui fait tant débat. On constate ici que les objectifs du référenceur et du community manager sont identiques. Bien que le premier n’ait d’yeux que pour le nombre de partages et que le second, lui, cherche avant tout à interagir avec sa communauté dans l’optique de l’accroître, leurs objectifs n’ont qu’un seul et unique intérêt : servir le site associé. La notion de complémentarité précédemment abordée prend donc de nouveau tout son sens !

En outre, les hypothèses formulées autour de la mort du SEO au profit du SMO n’ont pas lieu d’être. En tout cas pas pour l’instant…

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
Bannière Webijob
A propos Benjamin (488 Articles)
Fondateur de Polynet, je suis Trafic Manager - Responsable SEO dans une agence web à Lille spécialisée dans la conception de sites marchands et l'acquisition de trafic. Passionné par le web marketing et le e-commerce, j'aspire depuis 2010 à vous faire partager à la fois le fruit de ma veille et ma réflexion sur certains sujets liés à ces différentes thématiques.

8 Commentaires le De la complémentarité du SEO et du SMO : le vrai faux débat

  1. Je suis entièrement d’accord sur la complémentarité du SMO et du SEO. Je pense que le SMO est un catalyseur qui, sans structure, contenu et netlinking, devient complètement inutile.

  2. Comme tu dis, beaucoup de faux débats. D’ailleurs le juge l’a aussi bien souligné dans son dernier article. J’avais également fait un petit article sur le sujet dans le cas d’un nouveau blog et il s’avère que les réseaux sociaux aident à l’indexation, au positionnement et bien sûr au trafic si on prend les aspects uniquement en rapport avec le référencement (voir ci-dessous).

  3. Excellent résumé sur le trio gagnant Contenu + Linking + Partage ! Enfin un billet constructif car les débats stériles WH vs BH ou SEO vs SMO n’apportent pas grand chose… enfin si, du buzz, du trafic, des commentaires et du partage ;)

  4. Le signal social est en effet de plus en plus important au yeux de Google. Comme vous le soulignez très justement dans votre article SEO et SMO sont complémentaires, il reste cependant toujours possible de faire ranker un site sans utiliser les réseaux sociaux ;)

  5. La création de liens au sein de contenus optimisés pour le SMO, c’est à dire destinés à être repris et publiés un peu partout sur internet (réseaux sociaux et autres technologies de partage d’information) est effectivement une des missions du référencement !

    De là à dire que la “casquette sociale” n’est efficace que lorsque complémentaire de “chaussures de qualité” (c’est à dire une assise structurelle solide, respectueuse des standards et bien pensée), il n’y a… qu’un pas ;-)

    Merci pour cet article qui continue de décrier (en profondeur) les billets un peu provocateurs et naïfs de certains…

  6. Le contenu doit être à la base de la pyramide. C’est le besoin fondamental. La structure est au service du contenu pour le mettre en valeur.
    En plus, il manque une couche qui entoure toute la pyramide : web intelligence.

  7. Je vois désormais le SMO comme un moyen de faire du lien. Je pense en fait que les référenceurs doivent se servir des nouvelles plateformes “sociales” comme une nouvelle option dans leur stratégie de netlinking. Gérer une communauté, discuter avec des fans, non en effet, ça ne fait pas partie du SEO.

  8. Je suis actif sur les réseaux sociaux pour tous mes sites internet mais je ne réfléchis pas en terme de mots-clés lors de mes publication sur Twitter ou Facebook, mais plutôt en terme d’attractivité et de viralité. Cette complémentarité, entre le SEO et le SMO, impliquerai-t-elle qu’on ait des stratégies de mots-clés, même sur les réseaux sociaux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*